SI
DEN
CES

Les accueils studios qui s’inscrivent dans des périodes de 5 à 10 jours, offrent aux compagnies professionnelles un cadre de travail optimal. Chaque compagnie propose un temps de rencontre ouvert à tous, gratuit, qui permet un échange privilégié avec les artistes en résidences dans un autre cadre que celui de la scène : apprehender la réalité et la diversité de la création contemporaine.

RÉSIDENCES
2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Etrange miroir

Présentation
Étrange miroir a pour vocation la conception de projets qui lient la pratique artistique à une réflexion sociale et citoyenne. Cette association s'est constituée en 2011 à Nantes, elle utilise la création sonore, musicale et visuelle pour proposer une approche sensible de faits sociaux.

Notre projet associatif s'inscrit dans une démarche plus large favorisant la transversalité et le décloisonnement de différents domaines. Nous faisons régulièrement appel à l’expertise d’acteurs diversifiés (association, scientifiques, collectif, artistes etc) pour enrichir l'écriture de nos projets.

Un laboratoire de formes artistiques du documentaire
Collectif pluridisciplinaire, nous allons à la rencontre des personnes dans leur quotidien. Nous cherchons à rendre compte d'une diversité des imaginaires de manière attractive en expérimentant différentes formes :
. des créations sonores et vidéos
. des expositions plastiques et sonores
. des ciné-concerts

Nous nous sommes rencontrés au sein de la Cimade et tout particulièrement autour de l'organisation du festival Migrant'scène à Nantes, nos premiers projets sont donc dédiés à des questions liées aux migrations.
Pour nous, parler de l'autre c'est parler de soi. « L’Étrange Miroir »

Comme l’a écrit A. Sayad, l’immigration a, dans toute société, une fonction de miroir : « Réfléchir sur l’immigration revient au fond à interroger l’État, à interroger ses fondements, à interroger ses mécanismes internes de structuration et de fonctionnement »
A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999, p. 398.