SI
DEN
CES

RÉSIDENCES
2020/2021

2019/2020

2018/2019

2017/2018

2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Cie AL-FA / Alexandre Fandard

Alexandre Fandard est un chorégraphe discret, on peut le croire timide, il est surtout sensible et dans une quête permanente pour enrichir, parfaire la matière chorégraphique qui lui sert de médium pour poser sur scène les questions qui le traversent. Artiste largement autodidacte même si il cite Brett Bailey pour qui il a fait de la figuration et les deux chorégraphes Radouane El Meddeb et Fouad Boussouf chez qui il a fait quelques incursions comme interprètes. 
Alexandre Fandard a peu fréquenté les cours de danse, il développe son propre vocabulaire en se nourrissant de rencontres qu’elles soient intellectuelles, Michel Foucaud, Antonin Artaud ou Deleuze ou physiques notamment à travers la collaboration entamée avec Leïla Ka, croisée lors d’un festival Lucky Trimmer où chacun était invité pour un solo. Alexandre avoue se nourrir aussi de la peinture qu’il pratique, il décrit son travail de chorégraphe avant tout comme celui d’un peintre. Attentif à l’espace, au cadre, à la lumière, aux détails… Il dit créer d’abord l’image dans son esprit pour “charger le mouvement”, la chorégraphie vient ensuite.
Une chorégraphie qui se déploie entre précision de l’écriture et ouverture improvisée à l’intérieur de cadres rigoureusement pré-établis. 

COMME UN SYMBOLE

Projet

Dans ce nouveau solo, je souhaiterais dépeindre l'image du banlieusard, qui est aussi la mienne. Mais également celle de la banlieue, de ce lieu d’ou je viens, ou tout commence pour moi et tant d’autres. L'idée serait de traverser tout ce qu'il le compose « réellement », ce qu'il renvoie à une partie de la société ; d’une part la crainte qu'il suscite, d’autre part une curiosité aux allures exotiques, une inspiration pour les grandes marques, un bouc émissaire politique, social, un héros du sport, un terroriste …
Le solo s’intitule « Comme un Symbole ». Peut-être temporaire, ce titre représente bien ce qui doit être
dit.
Le banlieusard est comme un symbole, un symbole fait à la fois d'or et de stigmates, malmené dans tous
les sens, comme sacrifié.

Tour à tour barbare, racaille, terroriste potentiel ou éternel étranger, le « jeune de banlieue » est une figure souvent masculine, méprisée, adulée, sacrifiée ou érotisée. Les créations d’Alexandre Fandard, artiste visuel et chorégraphique, ne se figent jamais dans une seule forme et portent à la scène tous ces archétypes bétonnés. Dans cette nouvelle recherche en solo, il réhabilite le jeune de banlieue Comme un symbole.

Distribution

Chorégraphie / mise en scène et interprétation : Alexandre Fandard
Création lumières : Alexandre Fandard & Laurent Fallot
Création sonore : Vanille Bouyagui & Alexandre Fandard