SI
DEN
CES

Les accueils studios qui s’inscrivent dans des périodes de 5 à 10 jours, offrent aux compagnies professionnelles un cadre de travail optimal. Chaque compagnie propose un temps de rencontre ouvert à tous, gratuit, qui permet un échange privilégié avec les artistes en résidences dans un autre cadre que celui de la scène : apprehender la réalité et la diversité de la création contemporaine.

RÉSIDENCES
2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Cie ESTRO

Forts de leur parcours d’interprètes au sein de compagnies professionnelles d’envergure internationale comme le
Ballet de l’Opéra National du Rhin ou le Ballet Royal de Flandre, Ximena Zalazar Firpo et Willem Meul fondent
la Compagnie Estro (mot espagnol qui évoque la source d’inspiration pour les poètes et les artistes) en 2008
(anciennement Association Les Pas Nommés).
Avant tout, chaque création surgit d’une rencontre avec un artiste, un lieu, un paysage, un auteur, ou encore
une esthétique. Cette source d’inspiration laisse une empreinte forte et obsessionnelle dans le corps et l’esprit des chorégraphes pour aboutir à une création.
En mettant à profit la danse contemporaine, la danse classique et dans leurs dernières créations le tango argentin et son évolution contemporaine, ils développent leur propre langage chorégraphique. Pour eux, l’écoute dans le mouvement, la respiration, l’émotion, le mélange des formes entre traditions et nouvelles écritures sont fondamentaux.

ZOOL99 : exiguus

Projet

ZOOL99 : exiguus
Danse, Musique, Vidéo
 
Une quête vers les émotions. L’homme peut-il échapper à ce qui le constitue pour acquérir sa liberté et dépasser l’état brut, sans se perdre ? Comment rendre perceptible ces élans secrets qui nous habitent et nous dépassent parfois ?
 
La danse déroule son texte, entre mouvements ciselés et instincts. Ancrée dans le sol, elle émerge d’une pulsion fiévreuse, d’un jeu de résistance, entre chute et envol, expression d’une «relation-friction», frôlements, croisements, frissons, d’un chaos émotif qui prend le spectateur à témoin.
 
Les corps des interprètes mettent l’accent sur des «états», des forces contradictoires, des mouvements émotionnels d’où émergent des ruptures imprévisibles, des fulgurances et des gestes singuliers. Les corps des interprètes, à la fois vulnérables et solides, tenant bon tout en cédant aux oscillations, sont prêts au hasard et au rendez-vous, dévoilant- en imbrications et contrepoints- le manque, la tension, le partage de rythmes. Gestes, poids et énergies se répondent en intensité afin que le public perçoive les désordres qui animent le corps et le font respirer (transpirer), grandir ou s’effondrer.

@Marc_Guénard

Distribution