SI
DEN
CES

Les accueils studios qui s’inscrivent dans des périodes de 5 à 10 jours, offrent aux compagnies professionnelles un cadre de travail optimal. Chaque compagnie propose un temps de rencontre ouvert à tous, gratuit, qui permet un échange privilégié avec les artistes en résidences dans un autre cadre que celui de la scène : apprehender la réalité et la diversité de la création contemporaine.

RÉSIDENCES
2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Compagnie OUROBOROS

La Cie Ouroboros est une compagnie de danse contemporaine, créé en mai 2016 par Susy Chetteau et Camille Roulin.

Nos envies sont à l'image des projets esquissés qui noircissent les pages de nos cahiers de notes : innombrables. Un fil rouge y serpente toujours, celui de parler de notre société via notre expérience de femmes artistes. L'observer, la scruter, la reluquer, l'admirer, s'en étonner. Puis composer, en réinterrogeant notre regard porté sur les choses et les individus.

Nous travaillons à deux. Dans le travail de préparation, d'écriture et de scénographie, nous rebondissons d'interrogations en possibles, nos deux identités et nos deux exigences mises au profit d'une création. Nous aimons l'équilibre qui naît des changements de points de vue.

Les Malaprises

Projet

Tout d’abord, il y a eu L’Attablée. Une création chorégraphique pour la vidéo, qui n’avait pas vocation à être dansée au plateau. Puis, l’occasion s’est présentée de la jouer à la médiathèque de Châteaudun, en région Centre. Après quelques arrangements, nous acceptons l’invitation et proposons à la suite de la représentation un atelier autour du livre et de la danse contemporaine. L’expérience nous enchante.
Si bien que, nos pensées cheminant, nous en venons à troquer nos assiettes et soupière pour des livres.
Nous avons toutes les deux un lien fort au livre, qu’il s’agisse de l’objet ou des mots qu’il contient. Nos études nous ont rendu assidues aux rayonnages : ouvrages littéraires, illustrés, scientifiques, philosophiques, artistiques... L’appétit grandissant à leur contact, c’est sous toutes ses formes que nous dévorons le livre. Mais c’est surtout
corporellement que nous lisons, et quand les gamines de L’Attablée rechignent aux bonnes manières, on retrouve dans Les malapprises cette volonté de bouquiner de manière instinctive …

“ 1 - Le droit de ne pas lire. 2 - Le droit de sauter des pages. 3 - Le droit de ne pas finir un
livre. 4 - Le droit de relire. 5 - Le droit de lire n’importe quoi. 6 - Le droit au bovarysme. 7 -
Le droit de lire n’importe où. 8 - Le droit de grapiller. 9 - Le droit de lire à voix haute. 10 - Le
droit de se taire. “
Les 10 droits du lecteur selon Daniel Pennac

Les malapprises, sera donc un nouveau terrain de jeu dans l’espace public. Les bibliothèques deviennent peu à peu les derniers bastions d’une culture accessible et gratuite pour tous. Dans l’idée des bibliothèques 3ème lieu, il nous a semblé essentiel de proposer une interaction avec la danse dans ces structures afin de combiner les énergies, et d’interroger notre relation au savoir, à la curiosité, au ludique.

Distribution