SI
DEN
CES

Les accueils studios qui s’inscrivent dans des périodes de 5 à 10 jours, offrent aux compagnies professionnelles un cadre de travail optimal. Chaque compagnie propose un temps de rencontre ouvert à tous, gratuit, qui permet un échange privilégié avec les artistes en résidences dans un autre cadre que celui de la scène : apprehender la réalité et la diversité de la création contemporaine.

RÉSIDENCES
2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Compagnie R14 - Julien Grosvalet

R14 est une toute jeune compagnie de danse contemporaine qui voit le jour en 2015. Elle nait du désir d’un danseur, longtemps enfoui, de chorégraphier.
Julien Grovalet intègre le Conservatoire National de Région de Nantes entre 1998 et 2000 et poursuit sa formation à P.A.R.T.S. programme d’études élaboré par Anne Teresa De Keersmaeker à Bruxelles. Après plusieurs créations et collaborations (Lieve De Pourcq, Julie Pavageau), il rejoint le CCN de Nantes. Il se consacre exclusivement à sa carrière d’interprète jusqu’en 2012, année où Claude Brumachon lui propose une carte blanche : le trio Forbidden lights est créé en janvier 2014. Dès lors, Julien Grosvalet développe une réflexion autour de l’ombre et de la lumière dans ses pièces. La nécessité de créer sa propre compagnie s’impose en 2015, alors qu’il débute un travail de recherche sur la création de Tsunami. En 2016, il entame le projet avec La première vague, une version courte, solo et expérimentale de Tsunami.

 

© Arthur Orblin
© Arthur Orblin

LA PREMIÈRE VAGUE

Projet

(texte travail en cours)
La première vague est un solo construit comme un prélude à la prochaine création de Julien Grosvalet intitulée Tsunami. Second volet d’une trilogie entamée en 2014 avec la pièce Forbbiden lights, ce solo explore différents états de corps : le corps marchant, le corps tourbillonnant, étourdi, perdu, le corps lascif et heureux, le corps tourmenté, puis anéanti.

Cette pièce a pour origine un chamboulement intérieur profondément personnel, très vite apparenté à un tsunami, qui conduit Julien Grosvalet et sa jeune compagnie à mettre en parallèle catastrophes naturelles et bouleversements émotionnelles, psychologiques et physiques. Sur un rythme enivrant et hypnotique, on passe alors d’un état de grande intensité à un état de pesanteur et de bien-être, du rythme soutenu au non-rythme, de la catastrophe au refuge paisible, dans une linéarité sans faille.

Le travail du chorégraphe se concentre ici autour du mouvement et de la lumière devenue source d’inspiration : à la fois partenaire et obstacle, c’est elle qui redéfinit l’espace, le découpe, dessine le mouvement. Elle sculpte les corps, les fragmente, en multiplie les différentes facettes, jusqu’à faire surgir des vagues humaines, puis lumineuses.

Distribution