SI
DEN
CES

RÉSIDENCES
2020/2021

2019/2020

2018/2019

2017/2018

2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Au coeur du lapin - Elise Carvile

En équilibre instable à la frontières des genres, le Coeur du Lapin questionne notre relation au monde et aux autres à travers des propositions surprenantes en proximité avec le public.
Nos recherches mêlent des créations au long cours et des propositions éphémères sur le vif.
Rêvant un théâtre accessible à tous humainement engagé, nous traquons cette utopie avec les moyens bruts de l'Imaginaire tels les chasseurs de Snark de Lewis Carroll
« Armés d'espoir et de dés à coudre »

LE SERPENTESSE

Projet

LE SERPENTESSE aborde avec humour la question de l'écologie et du monstrueux dans un duo mêlant danse animalière et théâtre burlesque. Une créature monstrueuse mi-hominidé mi-reptile est présentée vivante au public. Le Serpentesse évolue dans un biotope reconstitué par Diego Martin, soigneur exclusif de la créature et fondateur de l'éco-parc éponyme.
Jusqu'où aller dans la mise en scène de la nature sans la dé-naturer ?
Domestiquer est-ce protéger, et comment s'extraire de nos préjugés ?
Farce satirique et cruelle sur les rapports de l'homme et de l'animal, des hommes et des femmes, et notre besoin de contrôler ce qui nous échappe…
LE SERPENTESSE est un duo de l'ambiguïté à la fois comique et dérangeant. Ces bascules et mouvements oscillatoires entre deux langages artistiques, le théâtre et la danse, deux mondes, l'animal et l'humain, deux genres,
masculin et féminin sont une seule et même respiration.
LE SERPENTESSE est une invitation à déplacer nos points de vues pour tenter d'engager et d'équilibrer notre relation à l'Autre – qu'elle qu'il soit - par-delà de nos différences de genres et d'espèces.
Ces bascules et mouvements oscillatoires entre deux langages artistiques, le théâtre et la danse, deux mondes, l'animal et l'humain, deux genres, masculin et féminin sont une seule et même respiration.

Distribution

Mise en scène : Mario HOCHET
Avec : Laurent PEUZE & ELISE CARVILLE
Regard chorégraphique : Nathalie PERNETTE