SI
DEN
CES

RÉSIDENCES
2021/2022

2020/2021

2019/2020

2018/2019

2017/2018

2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Cie LUNA - Charlotte Hannah Colmant

La Compagnie Luna est née d’une collaboration entre différents univers et mediums artistiques ; celui de la danse et la chorégraphie, de l'écriture et du théâtre, des arts plastiques et visuels. Créé en 2019 à Paris, la compagnie a pour vocation de favoriser les arts multi disciplinaires, sur différentes plateformes (théâtres, galeries et musées, lieux in situ et publics) et dans différents lieux en Europe et dans le monde, afin d’ouvrir et connecter les lieux artistiques, et ouvrir un champ plus large et accessible vers des projets artistiques, performatifs et engagés.

Parisienne d’origine, Charlotte Hannah Colmant est partie vivre à New York après avoir obtenu son Master de lettres Modernes à la Sorbonne et avoir suivi en parallèle une formation de danse professionnelle au Centre des Arts vivants. À New York, elle étudie à la Martha Graham School of Contemporary Dance. En tant qu’interprète, elle travaille avec LEIMAY (compagnie de danse théâtre Buto), Caleb Hammond (Massachusetts Institute ofTechnology), Linda Tegg et Sidra Bell. Ses oeuvres chorégraphiques ont été présentées et interprétées à New York au Muriel Schulman Theater (TriskelionArts), WILD Project (Festival THE CURRENT SESSIONS 2016), Center for Performance Research, the Kraine Theater, the HOLLOWS Art Space, et Tiger Strikes Asteroid Gallery. En Europe, son travail a été présenté aux LAKE STUDIOS de Berlin, à la Galerie Nationale de Prague, et à Mémoire de L'Avenir à Paris.
Charlotte Hannah Colmant porte une attention particulière aux formes et aux limites d'un corps dans un temps et espace donné. Son apprentissage du Graham et du Butō et sa spécialisation en audio visuel la mène vers une recherche qui mêle la forme à la fluidité du corps, et à sa représensation plastique dans le temps et l'espace. Les lignes sont souvent présentes, qu'elles soient explicites ou implicites. Elles représentent pour elle une marque, un point limite auquel nous sommes tous exposés, en société.

Jehane Hamm commence la pratique de la danse à l’âge de 6 ans. Au côté de Joëlle Vincent, danseuse, chorégraphe et pédagogue, elle a été initiée aux fondamentaux de la danse contemporaine, à des pratiques d’improvisation, à la danse contact, à des bases de techniques somatiques et a été sensibilisée à différents processus d’écritures. C’est à partir de ses 20 ans qu’elle a décide de s’engager vers la création chorégraphique. Elle a suivi différentes formations sur Toulouse au CDCN, Centre James Carlès, Centre Chorégraphique Sandra Marrassé, l’école Darissia… Plus tard elle a réinjecté ces outils techniques dans une recherche autour du lien entre les matières de corps et l’interprétation. Elle a également développé un grand intérêt vers des collaborations pluridisciplinaires avec des musiciens, des plasticiens, des vidéastes, notamment avec Frey Faust, Simon Matard, Maxime Dupuis, Léa Sallustro, Salomé Perli. Elle a aussi organisé différents événements : des performances dansées, questionnant différentes possibilités d’exploration et de création toujours autour de la pluridisciplinarité, des expositions autour de séries de photos qu’elle réalise elle-même axées sur la trace du mouvement dans la photographie. En 2016 elle commence l’écriture d’un solo O en co-production avec l’isdaT (institut supérieur des arts de Toulouse) et le centre culturel Alban Minville. C’est également à l’isdaT que commence la collaboration avec Léa Sallustro, vidéaste et cheffe opératrice. Elles construisent le projet La Ramée en développant le concept de « cinéma vivant », spectacle mêlant danse et cinéma dans un seul et même dispositif.

ROSES

Projet

ROSES est une performance qui met en scène des poèmes du corps, chacun écrit comme un haïku. Le point de départ fut une anthologie de haïkus, "Du Rouge aux Lèvres" par Dominique Chipot, écrite exclusivement par des femmes. Il n’y a eu pendant longtemps au Japon que des haïkus écrits par des hommes. Dans chaque poème, les interprètes s’expriment à travers un "langage du toucher" devenant le fil conducteur de ces poèmes dansants. Ils tentent de déconstruire les schémas dominants de la société en cherchant la protection, l'égalité et l'unité entre leurs corps et leur sexe.

L'écriture est séquentielle, chaque poème peut exister indépendamment les uns des autres. Ils apparaissent comme des fragments, des haikus qui vont à l'essentiel des choses par leur simplicité et leur pureté.

Le travail est en cours est un duo entre deux interprètes, deux femmes qui cherchent à s'unifier, se protéger, en alternant entre distance et proximité, contact et séparation, à travers le toucher et leur peau. Les deux corps s'harmonisent, en dessinant l'image d'une féminité, celle qui est universelle et non genrée.

Ce projet a été accompagné par la Fabrique de la Danse à Paris et un extrait a été diffusé le 26 Mai dernier au Carreau du Temple, lors de la Soirée des Chorégraphes. La pièce bénéficie également d'un soutient de la Ménagerie de Verre, et du Centre National de la Danse à Pantin, dans le cadre de leur dispositif de mise à disposition de studios. Le CENT Quatre a également accueilli le projet en résidence cinq jours en Avril. 

ROSES participera à la prochaine édition d'OPEN SPACE 2022, au théâtre de l'Etoile du Nord le 14 et 15 Janvier 2022. 

 

Distribution

Chorégraphe et interpréte : Charlotte Colmant 

Interprètes premier duo : Simon Erin, Johanna Merceron

Interprètes deuxième duo (en cours de création et présenté à Open Space 2022) : Charlotte Hannah Colmant, Jehane Hamm